ARCHIVES

 
[ x ] Fermer
Jalouse n°133 - 2010 - Page 50 / 51

JALOUSE n°133 de 2010 / Page 50 / 51

TEXTE BRUT DE LA PAGE (c) Les Editions Jalou 1921-2018

J'aurai dÛ dire non 48 j j'aurai dû dire non.

'étais bien chez moi, peinard, devant koh-lanta.

Mais après trois appels de bourrés qui me hurlaient 'mais t'es où?!!' avec la musique à fond derrière, l'angoisse de rater un truc bien a encore frappé.

Le lendemain, tout le monde te racontera que c'était mor-tel, quand tu rêves qu'on te dise que t'as rien loupé.

Alors, je me suis motivé.

Mais une fois là-bas, ça ne prend pas.

Excédé, dans l'incapacité d'être sociable, j'erre comme une âme en peine.

Blasé, je regarde tous ces gens en surrégime, avec cette impression de revoir toujours le même film mais avec des acteurs un peu plus mauvais à chaque fois.

Pourtant, sur le papier, pas de quoi se plaindre.

Un dj surpayé qui se cantonne aux classiques, des jolies filles, quelques branchés farfelus et inoffensifs, une marque de prêt-à-porter qui paie tout, un open bar étonnement fluide.

Mais non, rien à faire.

Et puis, elle est apparue.

Une droite de mike tyson en pleine gueule.

La créature la plus sublimement parfaite de l'univers.

Mise sur terre pour rendre fous les hommes, elle ressemble à l'actrice de rencontre avec joe black.

Je demande à un pote qui c'est, il me répond logiquement : 'c'est pas pour toi, ça.

' j'apprends, sans réelle surprise, qu'elle est la fille d'un magnat de la presse et d'un mannequin vedette des 80's.

Une héritière, en plus.

Effectivement, ça fait beaucoup.

Parfois, tu peux viser un peu haut pour toi et, sur un malentendu (elle en a marre de ses copains bourges, elle veut s'encanailler, tu la fais rire.

Là, c'est comme d'aller draguer une star, ça sert à rien.

Elle est conditionnée à ne pas faire n'importe quoi.

Ce n'est pas dans son schéma mental.

Je ne peux pas lui en vouloir.

Moi-même, si j'étais très beau et blindé, est-ce que, parfois, pour déconner, je me taperais une crevarde sympa?Non, bien sûr que non.

Mais, étrangement, j'ai l'impression qu'elle me regarde.

C'est pas possible.

Tant pis, je me chauffe, j'y vais.

Je lui taxe une clope.

On commence à discuter.

Je ne suis pas du genre à vouvoyer les putes non plus mais, là, j'y perds un peu mon latin.

C'est la belle et la bête.

Le pire arrive : elle est supercool.

Au moins, si ça avait été une débile, pas de regrets et j'aurais retrouvé mon aisance.

Mais non, elle est vraiment relax, pas sur la défensive du tout, comme c'est pourtant souvent le cas avec les gens génétiquement avancés.

Je m'entends rire un peu trop fort, j'ai les oreilles qui chauffent.

Mais je tiens le coup.

Comme tout à chacun, j'ai quelques blagues de prêtes, que je lui sers mécaniquement.

Elle se marre de plus belle.

Mon pote me regarde de loin, il a l'air halluciné.

Cela fait maintenant plus de dix minutes qu'elle ne concentre son attention que sur moi, ce qui en soi relève déjà du miracle.

Mieux, en me parlant, elle n'arrête pas de me toucher le bras.

Qu'est-ce que c'est que cette histoire?Incroyable.

J'ai trouvé la femme de ma vie.

Elle et moi, on va se marier, faire des enfants, son milliardaire de père va me trouver un gros job dans sa boîte, on ira à la chasse ensemble, c'est trop bien.

Mais le doute s'empare de moi.

Rien que son sac à main vaut plus cher que toutes mes fringues réunies.

Et je ne suis pas sûr qu'elle va adorer monter sur mon 50 avec du scotch partout.

Mais pas le temps de gamberger, elle me demande si je ne veux pas qu'on s'isole un peu.

' en m'éloignant avec elle, je fais un petit clin d'oeil à mon pote, qui n'est plus très loin de la syncope.

Je suis tellement content que quelqu'un assiste à ce qui est en train de se passer.

Nous sommes maintenant dans un coin sombre.

C'est now!On se regarde.

J'entends mon coeur battre dans ma tempe.

Et soudain, elle me sort : 'bon, bah, moi, je voudrais deux grammes pour moi et trois pour mon mec.

C'est combien?' par fabien prade robert & gemma en couple depuis 6 mois www.

Si vous souhaitez utiliser le texte ou les images de cette page. Cliquez ici

Rechercher :

OK
Ce numéro 2010 Années 2010 Tout
 
Jalouse 2010 - n°133 - Page 1/1

Jalouse
n°133 de 2010

Jalouse 2010 - n°133 - Page 2/3
Jalouse 2010 - n°133 - Page 4/5
Jalouse 2010 - n°133 - Page 6/7
Jalouse 2010 - n°133 - Page 8/9
Jalouse 2010 - n°133 - Page 10/11
Jalouse 2010 - n°133 - Page 12/13
Jalouse 2010 - n°133 - Page 14/15
Jalouse 2010 - n°133 - Page 16/17
Jalouse 2010 - n°133 - Page 18/19
Jalouse 2010 - n°133 - Page 20/21
Jalouse 2010 - n°133 - Page 22/23
Jalouse 2010 - n°133 - Page 24/25
Jalouse 2010 - n°133 - Page 26/27
Jalouse 2010 - n°133 - Page 28/29
Jalouse 2010 - n°133 - Page 30/31
Jalouse 2010 - n°133 - Page 32/33
Jalouse 2010 - n°133 - Page 34/35
Jalouse 2010 - n°133 - Page 36/37
Jalouse 2010 - n°133 - Page 38/39
Jalouse 2010 - n°133 - Page 40/41
Jalouse 2010 - n°133 - Page 42/43
Jalouse 2010 - n°133 - Page 44/45
Jalouse 2010 - n°133 - Page 46/47
Jalouse 2010 - n°133 - Page 48/49
Jalouse 2010 - n°133 - Page 50/51
Jalouse 2010 - n°133 - Page 52/53
Jalouse 2010 - n°133 - Page 54/55
Jalouse 2010 - n°133 - Page 56/57
Jalouse 2010 - n°133 - Page 58/59
Jalouse 2010 - n°133 - Page 60/61
Jalouse 2010 - n°133 - Page 62/63
Jalouse 2010 - n°133 - Page 64/65
Jalouse 2010 - n°133 - Page 66/67
Jalouse 2010 - n°133 - Page 68/69
Jalouse 2010 - n°133 - Page 70/71
Jalouse 2010 - n°133 - Page 72/73
Jalouse 2010 - n°133 - Page 74/75
Jalouse 2010 - n°133 - Page 76/77
Jalouse 2010 - n°133 - Page 78/79
Jalouse 2010 - n°133 - Page 80/81
Jalouse 2010 - n°133 - Page 82/83
Jalouse 2010 - n°133 - Page 84/85
Jalouse 2010 - n°133 - Page 86/87
Jalouse 2010 - n°133 - Page 88/89
Jalouse 2010 - n°133 - Page 90/91
Jalouse 2010 - n°133 - Page 92/93
Jalouse 2010 - n°133 - Page 94/95
Jalouse 2010 - n°133 - Page 96/97
Jalouse 2010 - n°133 - Page 98/99
212 pages
1 à 100   SUIV >>