ARCHIVES

 
[ x ] Fermer
Jalouse n°133 - 2010 - Page 88 / 89

JALOUSE n°133 de 2010 / Page 88 / 89

TEXTE BRUT DE LA PAGE (c) Les Editions Jalou 1921-2017

La pomme à belles dents r o b e e n s at i n d e s o i e , isabel and oliver.

F ashion designer pour sophomore, la marque très new-yorkaise de chrissie miller, madeleine von froomer a les dents du 'bonheur' et trouve le sien dans la folle big apple.

Très speed, précise, elle répond à mes questions au téléphone, en conduisant le long des boulevards de west hollywood, à los angeles : dépaysement assuré avec cette new-yorkaise d'adoption, née dans les bayous du mississippi.

Un portrait déboussolé en quatrième vitesse.

Comment êtes-vous arrivée à sophomore?Je travaillais pour proenza schouler.

Jen brill, une amie commune, m'a présenté à chrissie miller qui cherchait un designer.

C'était l'occasion parfaite pour m'épanouir.

J'aime aussi beaucoup le nom de la marque ('sophomore' est le terme pour désigner un étudiant de deuxième année ; ndlr) : cela m'évoque cet âge des possibles, un entre-deux protégé où tout est ouvert, où vous pensez avoir toutes les réponses et une maîtrise illusoire du monde qui vous entoure.

C'est l'âge où l'on se sent 'cool', où l'on sent une liberté et le pouvoir de cette liberté.

Alors, on peut dire que le t-shirt, c'est le vêtement parfait lié à cet état de grâce?Oui, c'est très simple, un essentiel qui ne pose pas de problème.

On peut le mettre en boule dans une valise ou le porter avec des choses très chics.

Il est facile à mixer : c'est une fringue magique, caméléon, car on en fait ce qu'on veut et qu'en le portant, il se transforme à votre image.

Aujourd'hui, vous sentez-vous très new-yorkaise?Oui, totalement!Incluant l'anxiété qui va avec.

être newyorkais signifie que vous pouvez vous sentir à l'aise dans un environnement saturé de stress et de tensions et y trouver quand même de la joie et du bonheur.

Il faut juste se concentrer sur ce que vous aimez faire, sur ce qui vous garde sain d'esprit et vous y tenir.

C'est une ville dure, où trop de gens se pressent dans un petit espace pollué, blindé de radiations électromagnétiques, quasiment sans espace vert.

Une ville folle qui peut rendre fou.

Le bouton 'action' est toujours sur la touche 'on', sans jamais passer sur 'off'.

Il faut donc trouver son propre espace, son propre rythme pour survivre et se protéger.

Et surtout aller prendre l'air frais de temps en temps.

Votre truc pour échapper à tout ça?Peindre et aller danser avec mes amis.

Toujours les mêmes et dans les cinq mêmes endroits!Ça manque d'exotisme, d'accord, mais l'important, c'est de danser et de se laisser aller.

Cette particularité d'avoir un petit espace entre vos dents, comment le vivez-vous?Quand j'étais petite, tout le monde poussait mes parents à les faire corriger mais ils n'ont jamais voulu et je leur en suis très reconnaissante.

Tout ce que je peux dire, c'est que ce petit espace-là me rend très heureuse.

Vous savez qu'en français, on appelle ça les dents du 'bonheur'?Ah bon!C'est drôle.

Le bonheur est quelque chose de difficile à définir, très éphémère et insaisissable, par définition, spécialement à new york.

Il arrive toujours quand on s'y attend le moins et, certains matins, le bonheur passe sur soi comme une humeur, un nuage.

C'est tellement beau qu'on voudrait retenir cet état mais c'est impossible.

C'est l'une des choses les plus belles au monde.

Par exemple, en quoi ce petit défaut vous rend-il heureuse?Les gens tombent amoureux des défauts, pas de la perfection.

Aux usa, aujourd'hui, tout peut être corrigé, nivelé par la chirurgie esthétique, mais ce n'est pas séduisant.

Par exemple, là, je conduis le long de rues de l.

Où se baladent des nuées de créatures parfaites.

C'est très ennuyeux!New york célèbre ce genre de différence.

Tout ce qui vous rend unique.

C'est une ville où vous n'avez pas à être parfait pour sortir de l'ordinaire.

87 vous venez du sud des états-unis?Oui, j'ai grandi quelque part entre la nouvelle-orléans et le mississippi.

Le sud, une région magnifique, a définitivement influencé ma sensibilité artistique, mon sens esthétique et même ma sexualité.

La nature luxuriante a un côté très sensuel, cet environnement fait appel à tous vos sens.

Il y fait chaud, moite ; la végétation coule littéralement des arbres.

Tout là-bas est empli de vie.

Par delphine valloire photos olivier zahm réalisation emilie kareh & tom guinness.

Si vous souhaitez utiliser le texte ou les images de cette page. Cliquez ici

Rechercher :

OK
Ce numéro 2010 Années 2010 Tout
 
Jalouse 2010 - n°133 - Page 1/1

Jalouse
n°133 de 2010

Jalouse 2010 - n°133 - Page 2/3
Jalouse 2010 - n°133 - Page 4/5
Jalouse 2010 - n°133 - Page 6/7
Jalouse 2010 - n°133 - Page 8/9
Jalouse 2010 - n°133 - Page 10/11
Jalouse 2010 - n°133 - Page 12/13
Jalouse 2010 - n°133 - Page 14/15
Jalouse 2010 - n°133 - Page 16/17
Jalouse 2010 - n°133 - Page 18/19
Jalouse 2010 - n°133 - Page 20/21
Jalouse 2010 - n°133 - Page 22/23
Jalouse 2010 - n°133 - Page 24/25
Jalouse 2010 - n°133 - Page 26/27
Jalouse 2010 - n°133 - Page 28/29
Jalouse 2010 - n°133 - Page 30/31
Jalouse 2010 - n°133 - Page 32/33
Jalouse 2010 - n°133 - Page 34/35
Jalouse 2010 - n°133 - Page 36/37
Jalouse 2010 - n°133 - Page 38/39
Jalouse 2010 - n°133 - Page 40/41
Jalouse 2010 - n°133 - Page 42/43
Jalouse 2010 - n°133 - Page 44/45
Jalouse 2010 - n°133 - Page 46/47
Jalouse 2010 - n°133 - Page 48/49
Jalouse 2010 - n°133 - Page 50/51
Jalouse 2010 - n°133 - Page 52/53
Jalouse 2010 - n°133 - Page 54/55
Jalouse 2010 - n°133 - Page 56/57
Jalouse 2010 - n°133 - Page 58/59
Jalouse 2010 - n°133 - Page 60/61
Jalouse 2010 - n°133 - Page 62/63
Jalouse 2010 - n°133 - Page 64/65
Jalouse 2010 - n°133 - Page 66/67
Jalouse 2010 - n°133 - Page 68/69
Jalouse 2010 - n°133 - Page 70/71
Jalouse 2010 - n°133 - Page 72/73
Jalouse 2010 - n°133 - Page 74/75
Jalouse 2010 - n°133 - Page 76/77
Jalouse 2010 - n°133 - Page 78/79
Jalouse 2010 - n°133 - Page 80/81
Jalouse 2010 - n°133 - Page 82/83
Jalouse 2010 - n°133 - Page 84/85
Jalouse 2010 - n°133 - Page 86/87
Jalouse 2010 - n°133 - Page 88/89
Jalouse 2010 - n°133 - Page 90/91
Jalouse 2010 - n°133 - Page 92/93
Jalouse 2010 - n°133 - Page 94/95
Jalouse 2010 - n°133 - Page 96/97
Jalouse 2010 - n°133 - Page 98/99
212 pages
1 à 100   SUIV >>