ARCHIVES

 
[ x ] Fermer
Jalouse n°40 - 2001 - Page 32 / 33

JALOUSE n°40 de 2001 / Page 32 / 33

TEXTE BRUT DE LA PAGE (c) Les Editions Jalou 1921-2018

page 1 vanity page belles couv', corps de textes soignes, beautes cachees, esthetique de la laideur, passions desincarnees,,.

Le livre se glisse dans toutes les peaux.

Parpeneloperault remaquillant 'oh, ça te change!Elle aurait quand même pu choisir un rose plus pâle!Et puis le trait noir sous les yeux, ça te donne un genre!Mais le principal c'est que tu aies la peau bien propre.

' le genre de réflexion de mère à fille qui peut froisser quand on est une ado de 14 ans, qu'on a du mal avec le corps et que sa mère vous gonfle avec ses cyclothymies, ses copines déprimées, son divorce mal digéré.

Pas facile d'être maigrichonne avec une poitrine très avenante, de manifester un désintérêt total pour lescours, detomberamou- reusedu mauvais mec.

Malgré tout ça, le roman estfrais, tonifiant, cinglant, il se dévore en une bonne heure, grâce au ton kuperman, une sorte de bon- bon rafraîchissant, parsemé de petites graines acidulées.

Le genre?Deux en un, démaquillant peaux acnéiques + tonique.

Nathalie kuperman, tu me trouves comment?, gallimard, 177 p.

Repulpeur c'est simple: augusta (la narratrice) et be sont deux meilleures amies.

Be 'a de longs cheveux châtains foncés.

Ils sont toujours éclatants alors qu'elle ne fait rien d'extraordinaire pour ça', [.

] ; enfin, elle les avait, 'jusqu'à ce qu'elle les coupe et lesteigneen blond.

Elle a déclaré que les cheveux courts étaient davantage en harmonie avec son énergie vitale du moment' et surtout parce que c'est une 'expérience incroyable'.

En plus, elle veut utiliser son corps comme une arme, comme madonna ou cindy sherman.

Elle devient fémi- niste et 'bi', avec petra qui est la meilleure amie de karl, qui est l'ex de be.

Drôle ce roman, tout en 'présent d'observation', en pre- mier degré contrôlé.

Avec la même verve un brin provoc', la même désinvolture appliquée pour décrire les trente- naires d'aujourd'hui, la même simplicité de trait que dans les reines (denoêl, 2000).

Avec toujours le même schéma de trentenaire : la tradi qui, là, vire de bord, et la célib' compliquée qui reste dessus.

Le genre : carmin re-pulpeur de lèvres.

Elke naters, mensonges, denoël, 233 p.

32 jalouse poudre 'l'amour ne peut plus avoir aucun sens.

C'est du voca- bulaire de hippie.

L'amour, c'est fini.

C'est foutu, l'amour.

] tout ça, c'est mort.

] des pou- pées crevées' bourrés d'autocontentement, de fric et d'amphet', dix corps haut en couleur - réunis dans un ancien presbytère pour un week-end - auscultent les vieux symboles des 70's.

Amis, metteur en scène de cette pièce absurde et baroque, incarne les personnages à un endroit très précis quand il ne les transforme pas en enve- loppes fragiles, hallucinées, suspendues à leurs proches extinctions.

Sexe et drogue, sans rock'n roll, dans une campagne anglaise surréelle.

Le genre : poudre invisible pour peau transparente.

Martin amis, poupées crevées, gallimard, 390 p.

, prix non communiqué.

Masque entre le corps et l'âme : les passions et la volonté de s'en détacher.

L'indifférence est à la fois le fait d'être impas- sible, imperturbable, méprisant, et la parfaite neutralité (ça m'est complètement égal).

Est-elle maîtrise du désir, renoncement, espace impossibleà créer, promesse d'une vraie rencontre, ou le lot des clones possibles et inter- echantillons fabrice pliskin, toboggan, flammarion, 475 p.

Don delillo, bodyart, actes sud, 125 p.

Martin monestier, les seins, encyclopédie historique et bizarre des gorges, mamelles, poitrines, pis et autres tétons, le cherche- midi editeur, 256 p.

Changeables que nous sommes?Quelques plumes de la philo, de la psycho et de la bio se penchent sur la question.

Un livre qui ne vous lais- sera sûrement pas de marbre.

Le genre : masque nourrissant.

Etre indifférent?La tentation du détachement, autrement, revue mutations, 214 p.

Si vous souhaitez utiliser le texte ou les images de cette page. Cliquez ici

Rechercher :

OK
Ce numéro 2001 Années 2000 Tout
 
Jalouse 2001 - n°40 - Page 1/1

Jalouse
n°40 de 2001

Jalouse 2001 - n°40 - Page 2/3
Jalouse 2001 - n°40 - Page 4/5
Jalouse 2001 - n°40 - Page 6/7
Jalouse 2001 - n°40 - Page 8/9
Jalouse 2001 - n°40 - Page 10/11
Jalouse 2001 - n°40 - Page 12/13
Jalouse 2001 - n°40 - Page 14/15
Jalouse 2001 - n°40 - Page 16/17
Jalouse 2001 - n°40 - Page 18/19
Jalouse 2001 - n°40 - Page 20/21
Jalouse 2001 - n°40 - Page 22/23
Jalouse 2001 - n°40 - Page 24/25
Jalouse 2001 - n°40 - Page 26/27
Jalouse 2001 - n°40 - Page 28/29
Jalouse 2001 - n°40 - Page 30/31
Jalouse 2001 - n°40 - Page 32/33
Jalouse 2001 - n°40 - Page 34/35
Jalouse 2001 - n°40 - Page 36/37
Jalouse 2001 - n°40 - Page 38/39
Jalouse 2001 - n°40 - Page 40/41
Jalouse 2001 - n°40 - Page 42/43
Jalouse 2001 - n°40 - Page 44/45
Jalouse 2001 - n°40 - Page 46/47
Jalouse 2001 - n°40 - Page 48/49
Jalouse 2001 - n°40 - Page 50/51
Jalouse 2001 - n°40 - Page 52/53
Jalouse 2001 - n°40 - Page 54/55
Jalouse 2001 - n°40 - Page 56/57
Jalouse 2001 - n°40 - Page 58/59
Jalouse 2001 - n°40 - Page 60/61
Jalouse 2001 - n°40 - Page 62/63
Jalouse 2001 - n°40 - Page 64/65
Jalouse 2001 - n°40 - Page 66/67
Jalouse 2001 - n°40 - Page 68/69
Jalouse 2001 - n°40 - Page 70/71
Jalouse 2001 - n°40 - Page 72/73
Jalouse 2001 - n°40 - Page 74/75
Jalouse 2001 - n°40 - Page 76/77
Jalouse 2001 - n°40 - Page 78/79
Jalouse 2001 - n°40 - Page 80/81
Jalouse 2001 - n°40 - Page 82/83
Jalouse 2001 - n°40 - Page 84/85
Jalouse 2001 - n°40 - Page 86/87
Jalouse 2001 - n°40 - Page 88/89
Jalouse 2001 - n°40 - Page 90/91
Jalouse 2001 - n°40 - Page 92/93
Jalouse 2001 - n°40 - Page 94/95
Jalouse 2001 - n°40 - Page 96/97
Jalouse 2001 - n°40 - Page 98/99
220 pages
1 à 100   SUIV >>