ARCHIVES

 
[ x ] Fermer
Jalouse n°40 - 2001 - Page 40 / 41

JALOUSE n°40 de 2001 / Page 40 / 41

TEXTE BRUT DE LA PAGE (c) Les Editions Jalou 1921-2018

page 1 flingues il comme tous les ans, le festival de cannes fait le menage dans les sorties de mai.

Sont epargnes, un excellent thriller politique (sur le comment et le pourquoi de la dissolution) et un western inedit du taiwanais ang lee, tourne avant tigre et dragon.

Par benjamin rozovas grandtanglee le cinéaste talwanais ang lee, fasciné par hollywood et sa légende depuis l'époque où il usait ses shorts sur les bancs de la new york film university, s'est rendu coupable d'un habile subterfuge, le 25 mars dernier, en raflant quatre oscars (dont celui du meilleur film étranger) pour un film tout ce qu'il y a de plus occidental dans sa manière d'aborder le wu xia pian (film de sabre chinois).

Tgre etdragon, dont la rythmique apaisée rappelait davantage le western que le jiang hu, a enfin permis à son auteur d'intégrer la grande famille hollywoodienne.

Pourtant, on le sait peu (et pour cause, le film, tourné il y a deux ans, ne sort que maintenant), lee réalisa juste avant un western, un vrai, avec paysages assoupis et lonesomecow-boys, copieusement ignoré dans le monde entier.

I l est donc temps de rattraper chevauchée avec le diable*, l'un de ces films à la beauté élégiaque qui vous racontent l'amérique dans toute sa dimension historique et mythologique.

Avec la chan- teuse jewel dans son premier rôle et le prodigieux tobey maguire, futur interprète de spiderman, qui trimballe sur son visage l'indolence magnifique de ce genre fondateur du cinéma américain.

En bref le festival de cannes se tiendra cette année du 9 au 21 mai.

Le vilain moulin rouge de baz luhrmann en fait l'ouverture.

La suite, bientôt, dans jalouse.

Le mexicain, de gore verbinski (sortie le 25 avril), outre qu'il manque cruellement de rythme, est un film sympathique quand julia roberts et brad pitt ne viennent pas tout gâcher en remuant les bras dans tous les sens.

L'île de kim ki-duk (sortie le 25 avril) est un beau film plein de belles images, réalisé par un cinéaste détraqué, pervers, tordu.

Bref, ce que le nouveau cinéma coréen a de meilleur à offrir.

Politique etique ancien critique de cinéma, rod lurie s'était juré que, s'il devenait un jour réalisateur, il commencerait par déconstruire le grand appareil poli- tique américain.

Rien ne lui parait plus excitant qu'un bureau ovale pris d'assaut par un entrelacs d'intrigues très compliquées.

Ses films de che- vet : les hommes du président et a cause d'un assassinat.

Je suis les élections présidentielles avec la même ferveur qu'un match de foot.

' dernièrement, son grand regret est de ne pas avoir mené à bien un projet fou pour la chaîne hbo, qui consistait à suivre, sous forme romancée, la bataille opposant gore à bush jr.

, au moment même où elle se déroulait.

Au lieu de ça, il réalisa ce manipulations*, très au fait des manceuvres qui opposent démo- crates et républicains sur l'échiquier du pouvoir, le plus souvent aux dépensdugrandmanitou (immense jeff bridges, qui parvient à faire oublier tous les présidents des etats- unis du cinéma).

Adoptant le point du vue d'une femme secondant le président, le film instaure un redou- table suspense de chambre, sans coups de feu ni trompettes.

Juste de la politique.

Problème: la mise en scène purement cinétique ne colle pas au contexte hyperréaliste.

D'où la sensation étrange de basculer parfois en pleine science-fiction.

Si vous souhaitez utiliser le texte ou les images de cette page. Cliquez ici

Rechercher :

OK
Ce numéro 2001 Années 2000 Tout
 
Jalouse 2001 - n°40 - Page 1/1

Jalouse
n°40 de 2001

Jalouse 2001 - n°40 - Page 2/3
Jalouse 2001 - n°40 - Page 4/5
Jalouse 2001 - n°40 - Page 6/7
Jalouse 2001 - n°40 - Page 8/9
Jalouse 2001 - n°40 - Page 10/11
Jalouse 2001 - n°40 - Page 12/13
Jalouse 2001 - n°40 - Page 14/15
Jalouse 2001 - n°40 - Page 16/17
Jalouse 2001 - n°40 - Page 18/19
Jalouse 2001 - n°40 - Page 20/21
Jalouse 2001 - n°40 - Page 22/23
Jalouse 2001 - n°40 - Page 24/25
Jalouse 2001 - n°40 - Page 26/27
Jalouse 2001 - n°40 - Page 28/29
Jalouse 2001 - n°40 - Page 30/31
Jalouse 2001 - n°40 - Page 32/33
Jalouse 2001 - n°40 - Page 34/35
Jalouse 2001 - n°40 - Page 36/37
Jalouse 2001 - n°40 - Page 38/39
Jalouse 2001 - n°40 - Page 40/41
Jalouse 2001 - n°40 - Page 42/43
Jalouse 2001 - n°40 - Page 44/45
Jalouse 2001 - n°40 - Page 46/47
Jalouse 2001 - n°40 - Page 48/49
Jalouse 2001 - n°40 - Page 50/51
Jalouse 2001 - n°40 - Page 52/53
Jalouse 2001 - n°40 - Page 54/55
Jalouse 2001 - n°40 - Page 56/57
Jalouse 2001 - n°40 - Page 58/59
Jalouse 2001 - n°40 - Page 60/61
Jalouse 2001 - n°40 - Page 62/63
Jalouse 2001 - n°40 - Page 64/65
Jalouse 2001 - n°40 - Page 66/67
Jalouse 2001 - n°40 - Page 68/69
Jalouse 2001 - n°40 - Page 70/71
Jalouse 2001 - n°40 - Page 72/73
Jalouse 2001 - n°40 - Page 74/75
Jalouse 2001 - n°40 - Page 76/77
Jalouse 2001 - n°40 - Page 78/79
Jalouse 2001 - n°40 - Page 80/81
Jalouse 2001 - n°40 - Page 82/83
Jalouse 2001 - n°40 - Page 84/85
Jalouse 2001 - n°40 - Page 86/87
Jalouse 2001 - n°40 - Page 88/89
Jalouse 2001 - n°40 - Page 90/91
Jalouse 2001 - n°40 - Page 92/93
Jalouse 2001 - n°40 - Page 94/95
Jalouse 2001 - n°40 - Page 96/97
Jalouse 2001 - n°40 - Page 98/99
220 pages
1 à 100   SUIV >>