ARCHIVES

 
[ x ] Fermer
Jalouse n°40 - 2001 - Page 84 / 85

JALOUSE n°40 de 2001 / Page 84 / 85

TEXTE BRUT DE LA PAGE (c) Les Editions Jalou 1921-2018

page 1 sans titre, art orienté objet, 1996.

Oeuvre présente à l'exposition biozones, forum culturel du blanc-mesnil.

Beaute laideur :s sont chic qu'en est-il de la 'laideur', ou plutot de l'influence parfois monstrueuse des icones de la beaute?La, ce sont les artistes qui se chargent de la reveler et de maniere optimale depuis les annees 90.

Par anaid demir le terme de 'laideur' parait légèrement excessif pour désigner les icônes de la beauté moderne qui étalent leur perfection plastique, réelle ou illusoire, sur tous les supports médiatiques.

Dans les années 90, c'est l'apogée des kate, cindy, claudia, naomi.

Une omniprésence au moment même où le culte du corps s'amorce et trouve des outils scientifiques pour y accéder.

Le corps devient une pâte hybride qu'on souhaite modeler selon sa conscience.

Le terrain géographique d'une perfection à se faire livrer en kit, à l'heure de la chirurgie esthétique, des piercings et autres scarifications.

Docteur jekyll dans l'art, les clones, les créatures hyperréelles ou transgéniques, les beautés sur- ajoutées ou siliconées sont toutes présentes, en 1992, dans l'exposition mise en place par le précurseur jeffrey deitch à lausanne : post human pose les bases d'une nouvelle réflexion sur le corps lié à la biotechnologie et aux sciences en général.

Là se révèlent nos frankenstein de l'art contemporain et photoshop, le révolutionnaire logiciel informatique, qui est leur messie.

Cette joyeuse bande de 'freaks' diffuse une angoissante fascination sur les nouveaux canons de beauté.

Ils excellent surtout dans la photo mais aussi la sculpture et les installations.

On retient les noms d'inezvan lansweerde mais aussi de charles rayetses écrasantes sculptures ou les mannequins hybrides des frères chapman.

Le frisson techno- logique a fait son entrée et, aujourd'hui, le phénomène s'est largement amplifié à sans titre, orlan.

Oeuvre présentée à l'exposition le corps mutant, galerie navarra, octobre 2000.

Quand pnotosno travers les magazines ou les défilés de mode.

Olivier saillard, directeur du musée de la mode à marseille, en a répercuté les effets avec l'exposition décors à corps, présentée dans le cadre de 'la beauté' en avignon, l'été dernier.

Les morphings de jurgen ostarhild, les photographies de beno méléard ou de nick night, sous la direction d'alexander mac queen, ainsi que la pochette d'un album de bjôrk ont fait le tour du monde.

Aussi, l'exposition le corps mutant, à la galerie navarra, en octobre dernier, a un air de déjà-vu avec nicoletran ba vangou aziz&cucher.

Les artistes sont pré- sentés autour de la figure tutélaire d'orlan.

La prêtresse de 'l'art charnel' connue pour ses multiples opérations chirur- gicales en plein body art 70's, ne passe plus sous le bistouri pour remettre en question les icônes artistiques comme la joconde ou la vénus de botticelli.

Elle a adopté photoshop pour mêler son visage à celui des masques africains ou pré- colombiens.

Alors que les performances des années 70 jouaient avec les limites physiques du corps, testaient sa résistance, les années 90-2000 sont dans un 'artcorporel' plus softetvisuel.

Un corps qui a des désirs machiniques ou androïdes.

Aquarelle, de philippe meste, 1995.

Mister hyde d'autres jouent avec une plus grande exigence critique de ces modèles de beauté inaccessibles et trop formatés.

Le détournement 'basse technologie' devient imminent.

Avec les images de ces créatures de magazines, philippe meste réalise, en 1995, ses aquarelle.

Sous ce titre innocent, il macule ces visages de papier, estampillés chanel ou vuitton, de sperme et les entache à jamais de son propre désir de consommation.

L'italien daniele buetti, de la pointe de son bic, bariole le verso de ces mêmes pages.

Au recto, apparaissent alors de vilaines boursouflures, des scarifications et des formes ultravirulentes d'herpès!Thomas hirschhorn les intègre, lui, dans ses tentaculaires installations politi- quement engagées et y ajoute, au stylo, des annotations ou des larmes donnant une version désarmante voire alarmante de la globalisation.

Pour l'exposition biozones, au blanc-mesnil, l'une des dernières éditionsde closky se compose de visages symétriquement reproduits à l'identique de part et d'autre d'une double page.

Une vision de la beauté trop équilibrée pour être honnête.

Toujours pour biozones, le duo art orienté objet applique les questions du clonage d'une brebis à l'homme et donne une version totalement cauchemardesque du comportement humain face aux sciences.

Cette profusion d'images surnaturelles nous laisse lentement dévier vers un désir de laideur plus naturel et surtout plus durable.

Biozones, jusqu'au 31 mai, forum culturel du blanc-mesnil.

Jalouse 85 84 jalouse.

Si vous souhaitez utiliser le texte ou les images de cette page. Cliquez ici

Rechercher :

OK
Ce numéro 2001 Années 2000 Tout
 
Jalouse 2001 - n°40 - Page 1/1

Jalouse
n°40 de 2001

Jalouse 2001 - n°40 - Page 2/3
Jalouse 2001 - n°40 - Page 4/5
Jalouse 2001 - n°40 - Page 6/7
Jalouse 2001 - n°40 - Page 8/9
Jalouse 2001 - n°40 - Page 10/11
Jalouse 2001 - n°40 - Page 12/13
Jalouse 2001 - n°40 - Page 14/15
Jalouse 2001 - n°40 - Page 16/17
Jalouse 2001 - n°40 - Page 18/19
Jalouse 2001 - n°40 - Page 20/21
Jalouse 2001 - n°40 - Page 22/23
Jalouse 2001 - n°40 - Page 24/25
Jalouse 2001 - n°40 - Page 26/27
Jalouse 2001 - n°40 - Page 28/29
Jalouse 2001 - n°40 - Page 30/31
Jalouse 2001 - n°40 - Page 32/33
Jalouse 2001 - n°40 - Page 34/35
Jalouse 2001 - n°40 - Page 36/37
Jalouse 2001 - n°40 - Page 38/39
Jalouse 2001 - n°40 - Page 40/41
Jalouse 2001 - n°40 - Page 42/43
Jalouse 2001 - n°40 - Page 44/45
Jalouse 2001 - n°40 - Page 46/47
Jalouse 2001 - n°40 - Page 48/49
Jalouse 2001 - n°40 - Page 50/51
Jalouse 2001 - n°40 - Page 52/53
Jalouse 2001 - n°40 - Page 54/55
Jalouse 2001 - n°40 - Page 56/57
Jalouse 2001 - n°40 - Page 58/59
Jalouse 2001 - n°40 - Page 60/61
Jalouse 2001 - n°40 - Page 62/63
Jalouse 2001 - n°40 - Page 64/65
Jalouse 2001 - n°40 - Page 66/67
Jalouse 2001 - n°40 - Page 68/69
Jalouse 2001 - n°40 - Page 70/71
Jalouse 2001 - n°40 - Page 72/73
Jalouse 2001 - n°40 - Page 74/75
Jalouse 2001 - n°40 - Page 76/77
Jalouse 2001 - n°40 - Page 78/79
Jalouse 2001 - n°40 - Page 80/81
Jalouse 2001 - n°40 - Page 82/83
Jalouse 2001 - n°40 - Page 84/85
Jalouse 2001 - n°40 - Page 86/87
Jalouse 2001 - n°40 - Page 88/89
Jalouse 2001 - n°40 - Page 90/91
Jalouse 2001 - n°40 - Page 92/93
Jalouse 2001 - n°40 - Page 94/95
Jalouse 2001 - n°40 - Page 96/97
Jalouse 2001 - n°40 - Page 98/99
220 pages
1 à 100   SUIV >>