ARCHIVES

 
[ x ] Fermer
Jalouse n°85 - 2005 - Page 46 / 47

JALOUSE n°85 de 2005 / Page 46 / 47

TEXTE BRUT DE LA PAGE (c) Les Editions Jalou 1921-2017

Qxd 13/10/05 15:32 page 42 restos pa r emmanuel rubin le restaurant de luc besson, ante prima.

Ta àuneble!La mode quand pro de met le feu à notre critique gastronomique, il l'enlève.

Et l'invite chez luc besson ou plus si affinités.

Avec une blouse en mousseline t ra n s p a re n t e.

Ante prima si une pro de la mode dit à un critique gastronomique que 'la blouse en mousseline transparente, c'est le truc que les filles vont s'arracher cette saison, un truc tellement sexy que même les miroirs se troublent', le critique gastronomique invite illico la pro de la mode au restaurant.

En blouse, en mousseline et en transparence, la pro de la mode débarque donc chez ante prima, la trattoria la plus courue de la saison.

Non pas qu'on y avale la crème des antipasti et le top du risotto, mais parce qu'on est ici chez luc besson.

Si, si, luc besson himself, le cinéaste, le producteur, le plus vip des péroxydés.

En plein dans le mille de sa maison de prod, il vient de s'offrir une cantine mozza-mondaine, mi-people, mi-pasta où, soudain, en salle, la blouse en mousseline transparente prend tout son sens.

Chez ante prima, pour quelques grammes d'étoffe et tout ce qui va dessous, la pro de la mode a viré blockbuster, superprod, monica b, totale star.

Un truc si sexy que les tiramisu s'essoufflent.

Déco relookée, cuisine désampoulée, addition reliftée.

Parfaite pour votre homme.

A n t e prima : 1 3 7, rue du faubourg-saint-honoré, paris 8e.

Av e c un jean b l u e cult.

Steak & lobster quand, aux aurores d'une nuit bourgogne, une pro de la mode ôte sa petite robe noire pour enfiler un jean blue cult devant un critique gastronomique, le critique gastronomique lui propose un week-end à la baule.

La pro de la mode fait vite sa valise (une blouse, des bottes, une robe) et, trois heures plus tard, glisse son mètre de jambes blue cult sous la table du steak & lobster.

Une adresse où l'on ne se complique pas la vie : du boeuf et du homard cuisinés sous toutes les coutures dans un décor glamoureux façon hamptons.

Une adresse chic et sport, lumineuse et décontractée.

Une adresse comme un cabriolet roulant sur la plage, comme un jean vite passé sous de la mousseline transparente.

St e a k & lobster : 2 0 bis, avenue pavie, l a baule (44).

Av e c des bottes j i l sander.

Fo g o n quand une pro de la mode débarque devant un critique gastronomique avec un mètre de jambes et des bottes pires que cavalières, le critique gastronomique lui réserve fissa une table chez fogon, le meilleur espagnol de la capitale.

Entre deux murs de design, on y sert des tapas comme nulle part à paris, des jambons à devenir surréaliste, des paellas movidas, des riz profonds comme chez almodovar et des gaspachos mieux que les lèvres de penélope cruz.

D'accord, mais pourquoi les talons?Parce que voilà une cuisine flamenca, claquant tout les talons de son talent.

à la fin du repas, la pro de la mode mangeait debout.

Il y avait là des bottes jill sander, un mètre de jambes, une blouse en mousseline transparente, et sur la bouche de la pro de la mode, la saveur de rares tapas sucrés.

Fo g o n : 4 5 , quai des grands-augustins, pa r i s 6 e.

Avec une petite ro b e noire lv.

Vi n o ' s quand une pro de la mode demande à un critique gastronomique ce qui manque à sa petite robe noire louis vuitton, le critique gastronomique répond : 'un verre de bourgogne.

' voici comment la pro de la mode, perchée sur son mètre de jambes au comptoir du vino's, winebar chic et genre, tamisé dans les élégances, cousu de cuir, sexy comme un mascara.

La petite robe noire se sent alors comme une vamp dans la vigne, coordonne le rouge de ses lèvres au saignant du steak et papillonne son mascara dans les reflets d'un meursault.

Derrière son verre, le critique gastronomique, lui, ne sait plus vraiment à quelle robe se vouer.

Chablis ou vuitton?Env.

Vi n o's : 2 9 , rue d'argenteuil, paris 1 e r.

Si vous souhaitez utiliser le texte ou les images de cette page. Cliquez ici

Rechercher :

OK
Ce numéro 2005 Années 2000 Tout
 
Jalouse 2005 - n°85 - Page 1/1

Jalouse
n°85 de 2005

Jalouse 2005 - n°85 - Page 2/3
Jalouse 2005 - n°85 - Page 4/5
Jalouse 2005 - n°85 - Page 6/7
Jalouse 2005 - n°85 - Page 8/9
Jalouse 2005 - n°85 - Page 10/11
Jalouse 2005 - n°85 - Page 12/13
Jalouse 2005 - n°85 - Page 14/15
Jalouse 2005 - n°85 - Page 16/17
Jalouse 2005 - n°85 - Page 18/19
Jalouse 2005 - n°85 - Page 20/21
Jalouse 2005 - n°85 - Page 22/23
Jalouse 2005 - n°85 - Page 24/25
Jalouse 2005 - n°85 - Page 26/27
Jalouse 2005 - n°85 - Page 28/29
Jalouse 2005 - n°85 - Page 30/31
Jalouse 2005 - n°85 - Page 32/33
Jalouse 2005 - n°85 - Page 34/35
Jalouse 2005 - n°85 - Page 36/37
Jalouse 2005 - n°85 - Page 38/39
Jalouse 2005 - n°85 - Page 40/41
Jalouse 2005 - n°85 - Page 42/43
Jalouse 2005 - n°85 - Page 44/45
Jalouse 2005 - n°85 - Page 46/47
Jalouse 2005 - n°85 - Page 48/49
Jalouse 2005 - n°85 - Page 50/51
Jalouse 2005 - n°85 - Page 52/53
Jalouse 2005 - n°85 - Page 54/55
Jalouse 2005 - n°85 - Page 56/57
Jalouse 2005 - n°85 - Page 58/59
Jalouse 2005 - n°85 - Page 60/61
Jalouse 2005 - n°85 - Page 62/63
Jalouse 2005 - n°85 - Page 64/65
Jalouse 2005 - n°85 - Page 66/67
Jalouse 2005 - n°85 - Page 68/69
Jalouse 2005 - n°85 - Page 70/71
Jalouse 2005 - n°85 - Page 72/73
Jalouse 2005 - n°85 - Page 74/75
Jalouse 2005 - n°85 - Page 76/77
Jalouse 2005 - n°85 - Page 78/79
Jalouse 2005 - n°85 - Page 80/81
Jalouse 2005 - n°85 - Page 82/83
Jalouse 2005 - n°85 - Page 84/85
Jalouse 2005 - n°85 - Page 86/87
Jalouse 2005 - n°85 - Page 88/89
Jalouse 2005 - n°85 - Page 90/91
Jalouse 2005 - n°85 - Page 92/93
Jalouse 2005 - n°85 - Page 94/95
Jalouse 2005 - n°85 - Page 96/97
Jalouse 2005 - n°85 - Page 98/99
180 pages
1 à 100   SUIV >>