ARCHIVES

 
[ x ] Fermer
Jalouse n°85 - 2005 - Page 94 / 95

JALOUSE n°85 de 2005 / Page 94 / 95

TEXTE BRUT DE LA PAGE (c) Les Editions Jalou 1921-2017

J85 parker· 13-10-2005 10:19 page 2 fan de pa r marie chabanis / photo xavier de nauw tony par coeur tony parker est le plus jeune meneur de la nba (traduire une star internationale de 23 ans évoluant dans le championnat de basket le plus prestigieux du monde), le sportif français le mieux payé (comprendre richissime et musclé), il sort avec eva longoria (assimiler qu'il est casé avec une perle rare).

Il est aussi accessible, chaleureux et encore plus beau qu'il ne le veut.

Jalouse, ça évoque quoi pour toi?Si tu étais une femme, quel sport pratiquerais-tu?Entre deux matchs de basket, tony parker joue le jeu de jalouse et répond sourire aux lèvres à des questions auxquelles il ne s'attendait pas.

Le tennis, j'ai toujours adoré.

Tu es porté sur les jeux vidéos, c'est un moment de détente ou un plaisir entre potes?Tu as des amis de toujours ou de nouveaux tous les jours?Je me rappelle que jalouse a interviewé eva il n'y a pas longtemps.

C'est un magazine de mode, un féminin, si je ne me trompe pas.

On sait ce que ça a donné d'avoir un père basketteur.

Ta mère était mannequin, ça t'a influencé?Ça me suit depuis mon enfance, c'est ma pause.

Plus jeune, en rentrant d'entraînement, au lieu de traîner dans la rue, je filais chez moi, jouer avec mes frères ou mes potes.

Je joue toujours autant, jamais seul, et j'arrête quand ma copine est là.

Avec un plus, maintenant je joue avec moi-même (il est l'égérie de nba live, un jeu de ea sports).

Quels sont tes genres musicaux?De toujours et tous en france.

Avec ma célébrité et l'attrait de l'argent, difficile de savoir ce qui attire les gens.

Je n'ai pas d'amis aux états-unis, que des connaissances.

S auf mes deux potes français qui vivent avec moi, avec qui j'enregistre l'album dans mon 'home-studio'.

Je ne sors pas, sauf quand mes potes viennent et, là, on fait la fête pendant trois semaines.

Comment fait-on pour te séduire?Oui, à me cultiver, à m'intéresser à d'autres choses que le basket-ball.

C'était important pour elle qui a un côté artiste, un peu sauvage.

Vers 4 ans, j'ai même défilé.

Il me reste des vidéos 'inédites' de ces moments.

Elle a posé les bases de mes habitudes alimentaires.

Grâce à elle, mon régime n'a pas beaucoup changé.

Il s'est juste adapté à ma morphologie et à l'effort physique que je fournis.

Rien de strict, je fais juste attention : boire beaucoup d'eau, peu de soda, sans me priver pour autant d'un bon hamburger-frites de temps en temps.

Dans la vie, ton style, ce serait plutôt baggy + sweat-shirt ou costume-chemise?Le hip-hop, le rap, la black music en général.

Tu prépares un album avec kore et scalp (sortie prévue en mai).

D'où vient l'idée?J'aime que les femmes restent naturelles.

être simple, parce que ma vie l'est.

J'aime prendre mon temps avec une femme et je serais plutôt du genre patient.

Ta femme, plutôt française ou américaine?Les deux.

Pour tous les jours, je serais plutôt hip-hop, casquette à l'envers.

L'une de mes marques favorites est celle de puff daddy, sean john, pour sa large gamme, du cool au classe, qui me correspond.

Les événements où je suis obligé d'aller m'ont fait prendre goût au 'costume', même si mes potes ne manquent pas de me chambrer.

Avec eva, pour qui l'image est importante, et grâce à la chance que j'ai que lanvin me fasse des costumes sur mesure, ça arrive de plus en plus souvent et ça m'amuse.

J'aime les chemises flashy, orange, bleues, la plupart viennent de chez ted baker.

J'avais envie de faire un album de rap depuis longtemps.

Un de mes coéquipiers à l'insep (institut national du sport et de l'éducation physique, qui forme l'élite des sportifs français) et au psg, mamoutou diarra, est le frère d'oxmo puccino.

Les gens m'attendent au tournant, il faut que j'arrive avec de la grosse prod, des bits lourds.

Mam (diarra) m'a alors présenté au manager de booba, qui m'a offert de rencontrer kore et scalp.

Ils sont venus à san antonio, la 'vibe' est passée de suite.

Mon projet les a intéressés.

Ils font les sons, je fais les lyrics en français avec deux autres gars, sauf deux morceaux en anglais.

Il y aura aussi booba et leslie en featuring.

La france te manque, penses-tu revenir un jour?Les filles américaines sont trop 'fake' pour moi, je ne sais même pas comment traduire 'fake'.

Si, ce serait le côté péjoratif de 'sophistiqué'.

Au fait, eva est mexicaine, pas américaine.

Bref, je préfère une française.

Quels rêves n'as-tu pas encore réalisés?Mes rêves, c'était d'être en nba, de gagner un titre et de jouer contre michael jordan, mon idole.

Maintenant, j'ai des objectifs et je m'en fixe toujours de nouveaux.

Je veux faire une belle carrière.

Le basket est un sport humble, c'est une remise en question perpétuelle.

Ce ne serait pas bon si j'étais satisfait, j'arrêterais de progresser.

J'ai encore plein de challenges.

L'idéal, ce serait six mois-six mois, garder ma maison à san antonio et prendre un loft à paris.

Comme j'aimerais fonder une famille et que mes enfants grandissent aux états-unis pour leurs études, le confort de vie, ce ne sera peut-être que trois mois en france.

Mais je tiens à ce qu'ils parlent français, qu'ils aient une double culture pour prendre le meilleur de chacune.

Xxx dr j85 parker· 13-10-2005 10:19 page 3 dr xxx.

Si vous souhaitez utiliser le texte ou les images de cette page. Cliquez ici

Rechercher :

OK
Ce numéro 2005 Années 2000 Tout
 
Jalouse 2005 - n°85 - Page 1/1

Jalouse
n°85 de 2005

Jalouse 2005 - n°85 - Page 2/3
Jalouse 2005 - n°85 - Page 4/5
Jalouse 2005 - n°85 - Page 6/7
Jalouse 2005 - n°85 - Page 8/9
Jalouse 2005 - n°85 - Page 10/11
Jalouse 2005 - n°85 - Page 12/13
Jalouse 2005 - n°85 - Page 14/15
Jalouse 2005 - n°85 - Page 16/17
Jalouse 2005 - n°85 - Page 18/19
Jalouse 2005 - n°85 - Page 20/21
Jalouse 2005 - n°85 - Page 22/23
Jalouse 2005 - n°85 - Page 24/25
Jalouse 2005 - n°85 - Page 26/27
Jalouse 2005 - n°85 - Page 28/29
Jalouse 2005 - n°85 - Page 30/31
Jalouse 2005 - n°85 - Page 32/33
Jalouse 2005 - n°85 - Page 34/35
Jalouse 2005 - n°85 - Page 36/37
Jalouse 2005 - n°85 - Page 38/39
Jalouse 2005 - n°85 - Page 40/41
Jalouse 2005 - n°85 - Page 42/43
Jalouse 2005 - n°85 - Page 44/45
Jalouse 2005 - n°85 - Page 46/47
Jalouse 2005 - n°85 - Page 48/49
Jalouse 2005 - n°85 - Page 50/51
Jalouse 2005 - n°85 - Page 52/53
Jalouse 2005 - n°85 - Page 54/55
Jalouse 2005 - n°85 - Page 56/57
Jalouse 2005 - n°85 - Page 58/59
Jalouse 2005 - n°85 - Page 60/61
Jalouse 2005 - n°85 - Page 62/63
Jalouse 2005 - n°85 - Page 64/65
Jalouse 2005 - n°85 - Page 66/67
Jalouse 2005 - n°85 - Page 68/69
Jalouse 2005 - n°85 - Page 70/71
Jalouse 2005 - n°85 - Page 72/73
Jalouse 2005 - n°85 - Page 74/75
Jalouse 2005 - n°85 - Page 76/77
Jalouse 2005 - n°85 - Page 78/79
Jalouse 2005 - n°85 - Page 80/81
Jalouse 2005 - n°85 - Page 82/83
Jalouse 2005 - n°85 - Page 84/85
Jalouse 2005 - n°85 - Page 86/87
Jalouse 2005 - n°85 - Page 88/89
Jalouse 2005 - n°85 - Page 90/91
Jalouse 2005 - n°85 - Page 92/93
Jalouse 2005 - n°85 - Page 94/95
Jalouse 2005 - n°85 - Page 96/97
Jalouse 2005 - n°85 - Page 98/99
180 pages
1 à 100   SUIV >>