ARCHIVES

 
[ x ] Fermer

L'OFFICIEL DE LA MODE n°223 de 1940 / Page 16 / 17

TEXTE BRUT DE LA PAGE (c) Les Editions Jalou 1921-2017

L'officiel de la couture» Paris photo robert rigassi.

Mademoiselle jacqueline delubac.

14 caroline reboux
» france ' des bleuets, des coquelicots, des marguerites sont sa- vamment incrustés dans le jersey noir qui forme coiffe derrière ce feutre noir de toute beauté.

Cornflowers, poppies and daisies are knowingly worked in the black jersey which forms the coiffe behind this black felt of considérable beauty.

Este magnifico fieltro negro se compléta, por detras, con un casquete de jersey negro, adornado con ama- polas, margaritas y flo- recillas azules, sabiamente incrustadas.

Questo cappello di grande allure in feltro nero è guarnito di fiori tricolori incrostati nel jersey nero.

éditions max brunhes 226, faubg st-honoré, 226 paris (ve) chèques postaux : paris 1824-62 téléphone : carnot 96-90» » 96-91 - - 96-92 adresse télég.

édibrumax-paris-42 veuve e.

Max bruhnes, successeur c o u tu r e os «.

* mode par y parait du 20 au 25 de chaque mois mars 1940 london branch: kent-house markett place oxford circus london w.

New-york rockfeller center 610 fi fth avenue paris, c'est paris « pans, c'est paris!» lança triomphalement la voix féminine qui annonçait les modèles.

Le défilé touchait à sa fin : « paris, c'est paris » était le nom du dernier numéro.

Une rumeur courut dans l'assistance qui remplissait les blancs et lumineux salons de chez.

Mais qu'importe le nom, après tout?Il serait oiseux de citer un de nos maîtres de la couture, quand tous ont su, cette année,» Exac- tement comme les années antérieures» Se montrer à la hauteur de leur propre pres- tige universel.

Cette rumeur adoptait les accents les plus divers, car il y avait là, réunis, des ache- teurs et des clien- tes venus de tous les pays du monde, et l'on entendait aussi bien parler l'anglais que l'ita- lien ou l'espagnol, ainsi que cela arri- ve d'ailleurs en ce moment, comme toujours à la même époque, dans tous les endroits où s'é- panouit une des nombreuses mani- festations de l'élé- gance parisienne.

Et il y avait dans cette rumeur poly- glotte une émotion spéciale : on sen- tait que la robe du soir d'apothéose constituait avec son nom un bien joli symbole.

De la mousseline rosé, si légère.

De la dentelle, si fine.

Une coupe si gracieuse.

Des détails si ingénieux.

Tant de grâce et tant de douceur.

Paris, c'est pans!Comment paris ne serait-il pas toujours paris quand il s'y crée, quand il s'y porte des robes pareilles?Anatole france a dit que la mode et ses gravures sont le plus fidèle et le plus subtil reflet de chaque époque, de ses mœurs, de ses habitudes, de son caractère, de son art et de son esprit.

Un coin du maxim's cependant nous assistons aujourd'hui à un nouveau phénomène si surprenant que, seul, paris pouvait le produire; la mode, cette année, n'a pas voulu refléter docilement la vie : se rebellant fière- ment contre les circonstances, elle a pris les devants et entraîne la vie à sa suite.

Oui, c'est en grande partie l'initiative généreuse, pleine d'enthou- siasme et de cran bien français de nos grands artistes de la couture, qui a déclenché le ressort impalpable grâce auquel la vie parisienne bat aujourd'hui son plein.

N'est-ce pas pour admirer ces collections féeri- ques, signées de noms universelle- ment fameux, que les amateurs d'élé- gance et de beau- té sont accourus de tous les coins du globe?Et n'est- ce pas aussi un peu pour exhiber toutes ces mer- veilles de l'art français que les plus jolies femmes de paris et du monde remplis- sent tous les éta- blissements pu- blics de la capi- tale?« quand la cou- ture va, tout va ».

Or la mode pari- sienne se porte actuelle ment comme un charme» Avec quel charme!» Et par ricochets successifs, les théâtres et les music-halls connaissent des succès éclatants ; il ne fut jamais plus difficile de trouver une table libre au c.

Et autres temples où l'on rend hommage aux meilleures traditions de la cuisine française ; et le tout paris cosmo- polite remplit chaque soir tous les établissements de luxe, dont l'essor s'est encore accentué depuis que l'heure de la fermeture a été prolongée jusqu'à minuit.

Et voici enfin un curieux paradoxe auquel nous ne nous attendions pas : la ville lumière, aux lumières éteintes, resplendit de lumière.

Si vous souhaitez utiliser le texte ou les images de cette page. Cliquez ici

Rechercher :

OK
Ce numéro 1940 Années 1940 Tout
 
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 1/1

L'Officiel de la Mode
n°223 de 1940

L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 2/3
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 4/5
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 6/7
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 8/9
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 10/11
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 12/13
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 14/15
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 16/17
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 18/19
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 20/21
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 22/23
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 24/25
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 26/27
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 28/29
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 30/31
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 32/33
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 34/35
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 36/37
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 38/39
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 40/41
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 42/43
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 44/45
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 46/47
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 48/49
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 50/51
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 52/53
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 54/55
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 56/57
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 58/59
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 60/61
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 62/63
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 64/65
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 66/67
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 68/69
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 70/71
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 72/73
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 74/75
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 76/77
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 78/79
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 80/81
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 82/83
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 84/85
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 86/87
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 88/89
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 90/91
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 92/93
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 94/95
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 96/97
L'Officiel de la Mode 1940 - n°223 - Page 98/99
122 pages
1 à 100   SUIV >>