ARCHIVES

 
[ x ] Fermer

L'OFFICIEL DE LA MODE n°547-548 de 1967 / Page 176 / 177

TEXTE BRUT DE LA PAGE (c) Les Editions Jalou 1921-2017

Gyula horvath la nouvelle boutique miss dior a été décorée par victor grandpierre.

Le gris et blanc traditionnels ont été conservés mais tout a été traité en acier et lamifié.

Poursuivant son expansion dans tous les domaines qui touchent l'élégance, christian dior, pour son vingtième anniversaire, vient d'ouvrir la boutique miss dior au 11 bis de la rue françois-ier.

La création de cette boutique n'est certes pas due au hasard, mais à la constatation faite depuis de longues années que toute une catégorie de femmes ne disposant pas d'un budget permettant de s'habil- ler sur mesures fréquentait la bou- tique pour y acheter bas, gants, fou- lards, colifichets et parfums.

C'est pour elles qu'a été créée la nouvelle boutique.

Elle présentera la collec- tion miss dior prêt-à-porter.

Cette collection, en dépit de son nom, n'est pas exclusivement destinée aux jeunes filles.

Certes, elles y trouveront de quoi combler leurs désirs, mais on a égale- ment pensé ici à habiller cette « femme de trente ans » qui de nos jours peut avoir parfois beaucoup plus.

Vous la connaissez tous : elle a gardé un esprit jeune, est active, travaille et sait cepen- dant rester élégante et féminine.

Chez miss dior, elle se sentira chez elle et pourra y choisir la robe qu'il lui faut pour un déjeuner élégant, une soirée, etc.

C'est à philippe guibourgé, assis- tant de marc bohan depuis 1960, qu'a été confié ce nouveau département de prêt-à-porter.

Ce modèle » miss dior » est une combinaison élégante en lamé, fermée devant par bruits et sons le sacre d'octobre c'est le 26 octobre qu'aura lieu, au palais du golestan, le couronnement de l'empereur et de l'impératrice d'iran.

Pour cette prestigieuse occa- sion, l'impératrice a commandé à dior, son couturier favori, la robe qu'elle portera.

Depuis juin, les ouvrières y travaillent.

Dessinée par marc bohan et inspirée des anciennes robes per- sanes, celle-ci sera en satin blanc à manches pagode.

Le manteau sera de velours vert formant traîne de 26 mètres, entièrement bordé de vison blanc et brodé de motifs persans en fil d'or, incrusté de rubis et d'éme- raudes, pierres fausses pour des motifs de sécurité.

La couronne est exécutée par van cleef et arpels qui a retaillé les pierres prestigieuses.

Présentation kotler au pré-catelan qui donc provoquait dans les allées du bois de boulogne, par cette belle journée de septembre, une telle af- fluence de luxueuses voitures mon- trant à travers leurs glaces des femmes fort élégantes et délicatement parées de précieux bijoux?C'était l'interrogation que se posaient les promeneurs du crépuscule, ignorant que maurice kotler présentait, dans les salons ivoire et or du pré-catelan, sa merveilleuse collection de four- rures, fête des yeux pour tous ceux qui étaient présents et qui purent une patte boutonnée et ceinturée d'une chaîne dorée.

Son prix de vente estde 400f.

Applaudir le grand fourreur et aussi le célèbre maurice chevalier à qui maurice kotler offre pour son œuvre de ris-orangis, un splendide man- teau de vison sauvage dont la tom- bola sera tirée prochainement.

Magistrale c'est le nom que guerlain a donné à sa toute nouvelle crème.

Elle a été étudiée pour constituer un aliment complet de la peau, et pour que ses éléments nutritifs soient parfaitement assimilés.

Crème très complète à base de dérivés phosphores et soufrés, elle contient en outre des produits azotés, une gamme très complète de vita- mines (13), des acides necléiques, des extraits tissulaires qui régula- risent la respiration des cellules.

Hy- dratante, « magistrale » a également une action tonique.

Parlons crylor un défilé de modèles de crylor, à poils plus ou moins longs, compre- nant des vêtements de femmes et d'hommes a eu lieu récemment.

Il a permis aux très nombreux assistants d'admirer les différents procédés de tissage et de tricot qui donnent au tissu un aspect très différent.

Cette grande variété jointe aux précieuses qualités du crylor : lavage facile, affi- nité pour les teintures classiques ou très vives, chaleur et légèreté, ont suscité de chaleureux applaudisse- ments au cours et à la fin du défilé.

Le lin reçoit dans le cadre de la maison du lin a eu lieu récemment une exposition fort réussie des différentes utilisations de cette fibre noble entre toutes.

Draps brodés, nappes précieuses, fins mou- choirs, toiles pour l'ameublement, vêtements de lin masculins et féminins voisinaient avec un matériau isolant présenté sous forme de petites pla- quettes et composé de déchets de lin démontraient avec éclat l'importance et les qualités de la petite fleur bleue.

Séminaire à colmar du 6 au 10 novembre prochains aura lieu la neuvième session d'in- formation et de perfecêonnement or- ganisée par l'école française du commerce de détail textile de col- mar wintzenheim.

Le programme de ce séminaire est cette saison : « la nécessité de la promotion des ventes du détaillant en textile.

» on y traitera des évaluations préalables, de la conception et de l'action de pro- motion des ventes, des différents moyens d'action personnelle, de l'exploitation de l'étude statistique des résultats et de la formation du personnel à l'esprit de la promotion des ventes.

Ces journées seront ani- mées par mm.

Fabre, directeur de promo-france ; morvan, du centre d'etudes et du commerce; bonnet, directeur d'arma publicité.

Ces jour- nées seront précédées par une séance consacrée aux problèmes actuels de la fabrication des textiles.

Renseigne- ments, programme et inscription à l'école française du commerce et détail textile, 2, av.

De lattre-de-tassi- gny, 68-wintzenheim.

Renaissance de la médaille la récente exposition organisée par l'hôtel de la monnaie a brillamment illustré combien la médaille fut un art vivant dans les siècles passés.

Elle ponc- tuait les grandes heures de la vie tant nationale et publique que privée et intime.

S'agissait-il d'une grande victoire?Une médaille était frappée.

S'agissait-il d'une récompense honorifique à décerner à quelque personnage qui s'était distingué dans une action militaire ou professionnelle?On recourait à [ un artiste en renom et on lui demandait de concevoir une médaille.

Aujourd'hui, le besoin d'honorer une personne de son entourage ou de sa profession est toujours bien vivace, les maisons de cadeaux se multiplient, mais les médailles y font bien piètre figure, à moins qu'il ne s'agisse d'un cadeau de baptême ou de première communion.

Les artistes modernes ont oublié la médaille et cela est bien dommage.

Cette lacune vient d'être comblée.

Jane blanchot et quelques-uns de ses amis viennent de créer « la renaissance de la médaille » : il s'agit d'une association qui a pour principal objet de faire revivre cet art charmant, malheureusement à tort tombé en désuétude et qui ne demande qu'à renaître et à prospérer.

Jane blanchot, que ce soit à travers les chapeaux, la sculpture, la peinture et maintenant la médaille, suit une seule ligne de vie : mettre son art, sa délicatesse de vision, sa puissance de réalisation au service ( des rêves de beauté et d'attention des autres.

Cette vocation, jane (blanchot la sentit toute jeune alors qu'elle gambadait dans son pays /natal, le massif central.

Dans une atmosphère plus douce, mais tout i aussi dense que celle évoquée dans « les hauts de hurlevent », elle sentit ' là l'appel vers paris et les autres.

C'est bien cet « appel » qu'elle traduit ici dans cette première médaille qui est ce qu'elle appelle « la médaille de la chance » : c'est un person- nage, drapé dans le très-plein de sa vocation et qui, pour la réaliser, devra fendre ce mur de résistance impalpable qui freine celui qui veut « apporter » quelque chose de nouveau à la société.

Jane blanchot qui a su, contre vents et marées, imprimer sa marque originale à tous les matériaux qu'elle a traités, a voulu se souvenir de sa « chance » et en communiquer le symbole aux autres, à ceux qui la tentent chaque jour.

Mais laissons-la définir pour nous l'esprit dans lequel elle a travaillé à cette première médaille :» La sculpture est faite de silence et d'observation.

C'est en pensant à tous ceux dont j'ai admiré la carrière brillante, qui ont accompli de grandes choses» Aux bienfaiteurs de l'humanité» Aux pionniers qui se sont illustrés dans la science, les arts, les lettres, l'industrie, les affaires, les sports, etc.

, hommes et femmes, que j'ai réalisé cette médaille.

Croire : que ce soit en dieu, en l'humain, à la cause, à l'action, l'important est de croire.

Agir : courageusement orienter ses efforts à la perfection de l'œuvre, vers le but à atteindre.

Saisir la chance : la chance invisible et fuyante se laisse capter par la volonté persistante et l'enthousiasme.

Je la dédie aux jeunes qui vaillamment abordent la vie, forts de leurs convictions, de leurs possibilités, ayant le ferme désir de se réaliser.

La médaille de la chance se présente sous deux formes : soit un presse-papier de bronze, soit une médaille en or ou en argent.

Souhaitons bonne chance à jane blanchot, qui connaît si bien les clés de la chance, pour cette « renaissance de la médaille ».

Si vous souhaitez utiliser le texte ou les images de cette page. Cliquez ici

Rechercher :

OK
Ce numéro 1967 Années 1960 Tout
 
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 1/1

L'Officiel de la Mode
n°547 de 1967

L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 2/3
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 4/5
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 6/7
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 8/9
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 10/11
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 12/13
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 14/15
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 16/17
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 18/19
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 20/21
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 22/23
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 24/25
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 26/27
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 28/29
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 30/31
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 32/33
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 34/35
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 36/37
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 38/39
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 40/41
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 42/43
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 44/45
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 46/47
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 48/49
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 50/51
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 52/53
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 54/55
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 56/57
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 58/59
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 60/61
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 62/63
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 64/65
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 66/67
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 68/69
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 70/71
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 72/73
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 74/75
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 76/77
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 78/79
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 80/81
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 82/83
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 84/85
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 86/87
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 88/89
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 90/91
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 92/93
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 94/95
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 96/97
L'Officiel de la Mode 1967 - n°547 - Page 98/99
180 pages
1 à 100   SUIV >>